Francia: quattro mesi di prigione per un dissidente contro adozioni gay

Condividi!

Francia. NIcolas in prigione

Guardatela bene questa foto, è la foto della vergogna. E’ come trattano nella Francia socialista i dissidenti. E’ come il regime omosessualista imprigiona, chi è contro adozioni e matrimoni gay.

Un ragazzo di 23 anni, Nicolas, è stato condannato ieri a quattro mesi di prigione più 1.000€ di multa per aver partecipato ad una manifestazione in opposizione ai matrimoni gay.

Il giovane, che manifestava insieme ad altri 1.500, è stato arrestato nei pressi degli Champs-Élysées in circostanze piuttosto dubbie e in assenza di reato. Secondo il sito Nouvelle de France la manifestazione, inizialmente pacifica, si sarebbe inasprita dopo le cariche violente della polizia. Nicolas a quel punto si è rifugiato presso una pizzeria. Ma è stato arrestato poco dopo, perché si è rifiutato di lasciare le impronte digitali e un campione di DNA (Le Figaro). Sempre NdF riporta: “Per coprire il suo crimine e l’illegalità dell’azione, la polizia politica di Manuel Valls lo ha accusato di ribellione a pubblico ufficiale e di danneggiamento alla proprietà privata. Ricordiamo che per produrre un mandato di arresto, è ancora necessario commettere un’infrazione precedente. Tuttavia, non è stata contestata nessuna notifica […] così che il reato a monte non esiste e l’arresto è senza base giuridica. L’avvocato della difesa ha mostrato un film in udienza per dimostrare che non c’era stata alcuna ribellione. Ma anche l’evidenza del fatto non è stata sufficiente.

Dopo aver passato tre giorni nelle squallide celle della Repubblica, denutrito, costretto a orinare davanti alla cella, il giovane Nicolas dormirà stanotte accanto spacciatori, assassini e stupratori”.

***

Mariage gay: prison ferme pour un “anti”

Un opposant au mariage homosexuel de 23 ans a été condamné mercredi à deux mois de prison ferme avec mandat de dépôt, notamment pour rébellion, par le tribunal correctionnel de Paris, a-t-on appris de source judiciaire.

Selon cette source, il s’agit de la première condamnation assortie d’un mandat dépôt prononcée à l’encontre d’un opposant au mariage homosexuel. Le jeune homme était présent dimanche avec quelque 1.500 opposants au mariage homosexuel devant les locaux de la chaîne de télévision M6, à Neuilly-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine, où François Hollande participait à l’émission “Capital”.

Il a ensuite manifesté avec d’autres opposants au mariage homosexuel dans le XVIe arrondissement, où il a été interpellé, selon la source, aucune manifestation n’y ayant été déclarée.

Le jeune homme a refusé de se livrer à un prélèvement de ses empreintes ou à un prélèvement ADN.

Il a été condamné pour rébellion et refus de prélèvement lors d’une audience en comparution immédiate, mercredi après-midi à Paris, à quatre mois de prison, dont deux ferme, avec mandat de dépôt et 1.000 euros d’amende, a-t-on ajouté.
19 giugno 2013

Me Frédéric Pichon : «Le jeune Nicolas dormira ce soir à côté des dealers, des assassins et des violeurs pour lesquels Christiane Taubira estime que la prison n’est pas la solution»

Le premier manifestant anti-loi Taubira a été condamné à une peine de deux mois de prison ferme pour une rébellion imaginaire malgré la défense magnifique de notre confrère Benoît Gruau qui a accepté de me substituer et qui est sur cette affaire depuis trois jours.

Voici un petit résumé de ce scandale en attendant une initiative qui pourrait être un rassemblement symbolique ou une conférence de presse.

Ce soir, alors qu’un ciel sombre obscurcit la capitale, le jeune Nicolas, manifestant anti-loi Taubira a été condamné en comparution immédiate à une peine de deux mois de prison ferme (avec mandat de dépôt, c’est-à-dire incarcération immédiate) pour rébellion, le Tribunal suivant les réquisitions du Parquet, ce qui est une décision d’exception.

Si l’attitude quelque peu impertinente mais compréhensible de ce jeune homme n’a pas joué en sa faveur, cette décision ne peut s’analyser que comme une décision manifestement disproportionnée.

Rappelons que Nicolas a été interpellé sur les Champs-Élysées après avoir manifesté devant le siège de M 6. Alors qu’aucune sommation d’usage n’a été effectuée, les forces de l’ordre ont chargé violemment, interpellant des jeunes gens pacifiques alors que dans un même temps, des jeunes de la diversité prenaient d’assaut un commissariat à Argenteuil.

Pris de panique, Nicolas s’est réfugié dans la Pizzeria Pino avec la bienveillance d’un serveur puis passé à tabac. Pour couvrir son forfait et l’illégalité de son action, la police politique de Manuel Valls, l’a accusé de rébellion ainsi que de dégradation de biens privés.

Rappelons que pour justifier une interpellation, encore faut-il qu’une infraction initiale ait été commise. Or, il est constant qu’aucune sommation n’a été effectuée et cette charge sera du reste abandonnée. De sorte que l’infraction initiale n’existait pas et que l’interpellation était privée de fondement juridique. L’avocat de la défense a montré un film à l’audience pour prouver qu’il n’y avait aucune rébellion. Même l’évidence du fait n’a pas suffit.

Après avoir passé trois jours dans les cachots sordides de la République, sous-alimenté et devant uriner dans le cellule, le jeune Nicolas dormira ce soir à côté des dealers, des assassins et des

violeurs pour lesquels Christiane Taubira estime que la prison n’est pas la solution et ce alors que la France connaît des problèmes chroniques de surpopulation carcérale.

Camille Desmoulins disait que « ce sont les despotes maladroits qui usent des baïonnettes, l’art de la tyrannie, c’est de faire la même chose avec des juges ».

Face au sentiment légitime de révolte face au rouleau compresseur du totalitarisme larvé, il convient néanmoins de faire nôtre cette vieille devise des rois de France « raison garder » et de prier de tout notre cœur pour notre jeune ami.

 

Fonte: nocristianofobia.org




Lascia un commento